Célia, 21 ans. Très grande parisienne foulant le sol allemand. Ongles signés Chanel. Impératrice de Russie. & tant d'autres choses.

BiG Announcement !!!!!

Bonjour à tous ! Comme vous vous ne doutez, je ne blogue(rai) plus ici. Je n’aimais pas le ton trop sérieux, trop revu, trop journal de ce blog-ci.

Mais je n’ai pas disparu de la bloggosphère pour autant ! Au cours de ces derniers mois j’ai préparé mon tout nouveau projet: un nouveau blog, à moi et moi seule, hébergé, codé, trafiqué par mes soins. Un blog à moi, qui me conviendra beaucoup plus puisque j’ai décidé de ne lui donner aucune direction de départ si ce n’est que celle de me plaire à moi ! Vous pourrez donc me retrouver à cette adresse :

 

http://russiangarden.fr

 

Plein de bisous, et en espérant vous retrouver du côté.org de la force wordpress ^^ bizz !

 

Célia

Publicités

Être grande, c’est formidable !

Grandeurnature

Holà ! Après avoir lu une étude formidable disant que les hommes préféraient les modèles réduits, je me suis dit qu’il était temps que mon mètre quatre-vingt-trois et moi-même démontrions à quel point être grande, c’est formidable.

 

On nous repère de loin.
Quand on doit retrouver quelqu’un qu’on ne connait pas, nul besoin d’arborer un parapluie jaune à la How I Met Your Mother, non, nous on respecte le slogan de chez McDo : on vient comme on est, et ça nous suffit pour être directement reconnue.

Les kilos ont plus de place pour se propager dans le corps.
Bah ouais, que voulez-vous.

Quand on nous voit avec des talons, on ne se dit pas que sans eux, on aurait des jambes hyper courtes.
Rassurez-moi, il n’y a pas que moi qui trouve que sur certaines filles, les talons cassent plus la jambe qu’autre chose ?

On atteint l’étagère du haut.
Et bim.

On peut refuser une carrière de mannequin.
Les filles petites ne reçoivent même pas la proposition.

On peut s’habiller chez les hommes.
Et se chausser. Et être, du coup, vachement stylée.

On ne respire pas les aisselles de notre voisin dans le métro.
Et suivant le même raisonnement, on est pas noyé par la foule en boîte.

On peut foutre la honte à Ben Stiller et Bruno Mars.
Sur le Red Carpet, quand finalement on a repensé à la proposition d’une carrière dans le mannequinat.

Les ourlets ? Kézaco ?
Et en plus, quand c’est la mode du 7/8e, on peut être fière d’être dans la tendance depuis longtemps.

En concert, peu importe notre place, on voit quand même bien.
Donc nos 40€ de place sont largement rentabilisés. En plus, cf point n°1, le chanteur a plus de chance de croiser notre regard.

On est pas obligée de se mettre sur la pointe des pieds pour embrasser.
Mais on le fait quand même parce que c’est sexy.

Et vous, quels sont les avantages à mesurer votre taille ?

Favoris de ce milieu d’été

Sans titre-1

IMG_56791. Le spray Go Blonder de John Frieda. Je l’avais déjà essayé il y presque 4 ans et mes cheveux avaient obtenu un blond absolument ravissant (pas jaune, un blond un peu chaud). Aujourd’hui, partant sur une base plus rousse, j’espère que mes cheveux deviendront blonds vénitien. 2. Dream Pure BB de Gemey Maybelline en teinte claire. Ce produit est la meilleure BB crème que j’ai pu essayer (je l’avais déjà il y a 2 ans !) : contrairement à la Garnier, elle n’a pas de sous-tons jaunes et est plus couvrante que la Erborian. Elle a un fini plus naturel que mes fonds de teints habituels et ne se sent absolument pas sur la peau. Par contre son effet anti-acné, je n’y crois pas. 3. Brume Corporelle PS : I love You de Bath&BodyWorks. Une odeur assez fleurie. Je me traîne cette brume depuis des années et je n’en suis même pas à la moitié.

IMG_5681

4. Le vernis Lotus Rouge de Chanel. Acheté en juin, c’est vraiment le rouge parfait : pas trop criard, pas trop sombre, il allonge les ongles et a une brillance irréprochable. Je le porte sans jamais m’en lasser, soit sur les mains, soit sur les pieds. 5. Le Mascara Colossal GO! Extrême en teinte Leather Black de Maybelline. Il fait des cils étoffés et sans le moindre paquet. le résultat manque peut-être de longueur mais il dessine parfaitement la ligne des cils sans les cartonner. 6. Le principe du Post-crossing. Vous envoyez une carte à un inconnu et vous en recevez une autre en retour d’une tierce personne. Grâce à ce site, j’ai pu correspondre avec des personnes venant de partout dans le monde, et je garde contact avec une russe vivant à Saint-Pétersbourg. (voir le site ici)

IMG_56827.  Le roman de Timur Vermes : Il est de retour. En 2011 Adolf Hitler se réveille dans un terrain vague à Berlin. Bourré de sarcasme et de second degré, fou-rire garanti si vous aimez l’humour un peu pince-sans-rire. DISCLAIMER : je suis très touchée par le sujet, j’ai été visiter plusieurs camps de concentration et celui d’Auschwitz, je ne prends en aucun cas le sujet à la légère, mais j’apprécie de lire un autre discours qu’un de ceux basé sur la culpabilisation. Et pour la question muette : oui, je le lis en Allemand, mais pour les germanophones, la langue est très compréhensible. 8. Mes lunettes de soleil Chanel achetées en solde pour le prix d’une paire de Rayban. J’avais Chanel sur les ongles, je l’ai maintenant sur les yeux, sorry not sorry. 9. L’exposition ImEx à Berlin, un parallèle entre le mouvement expressionniste et impressionniste merveilleux. Gros coup de coeur pour ce tableau d’August Macke dont j’ai eu la joie de dégoter ce magnet à la boutique de l’exposition (en savoir plus). 10. Cette robe très 7ties de chez H&M. 24,95€. Elle existe aussi en bleu (par ici les amis). Pour la voir portée avec mes lunettes, voir ci-dessous -sur moi elle est très courte, je ne peux pas lever les bras avec, pour vous donner une idée- :

Sans titre-2

Playlist du mois
Good For You (Selena Gomez) x Supermassive Blackhole (Muse) x Fire meet Gasoline (Sia) x I put a spell on You (Nina Simone)

 

Harcèlement de rue, témoignage d’une banalité.

harcèlementderue

Bonjour à tous. Aujourd’hui je reviens avec un sujet qui est très en vogue en ce moment, qui fait débat, qu’on attribue parfois au « fléau féministe » : le harcèlement de rue.

Hier, j’étais sur le Tumblr de Paye Ta Shneck et je lisais les phrases qui me faisaient sourire, me demandant comment des êtres humains pouvaient avoir le culot de balancer des choses pareilles. Je lisais ces phrases sans me sentir visée, comme si c’était des blagues de mauvais goût mises les unes à la suite des autres. Et puis je me suis rappelée que moi aussi, ce genre de phrases, on me les avait déjà adressées.

Au lycée, un type m’a collée quand je passais les barrières du RER (et il était très content si vous voyez ce que je veux dire). Il y a 3 ans, je me suis fait agresser dans le métro par un type qui voulait absolument mon numéro (et que je te plaque contre les murs des couloirs des métro). Il y a deux ans, j’ai reçu des avances poussées à l’extrême (« tu sais, un plan d’un soir ça fait du bien ; tu me ferais du bien », disait-il) par un agent de sécurité sur mon lieu de travail. Il y a un mois, alors que j’étais aux Halles avec une amie la nuit, un type m’a lancé « ça va ma chérie ? T’as une grosse chatte ! ». Et je je compte pas les sorties en boîte où des types te chopent les hanches de façon obscène. Et toutes les autres fois que j’ai dû oublier parce que… banalisées.

Et puis je raconte ça à tes amies et je me rends compte que toutes ont aussi vécu au moins une expérience similaire, que ce soit un type qui montrent ses attributs où que ce soit des attouchements dans le métro, allant parfois jusqu’à « tu viens chez moi ? Non ? Et si je te paye ? », en passant par le malheureusement traditionnel « eh mamzelle t’es boooooonne ! Vazy tu ne te retournes pas ? Sale pute. ». Ma mère, professeur a parlé à un père d’élève dont le fils avait insulté une de ses camarades de classe de « pute inbaisable », et au père de rétorquer « oh ça va ce n’est pas si grave… » (!!!!!!!!!!!!). Et je découvre cette statistique affligeante : 100% des femmes qui prennent les transports en commun ont déjà subi le harcèlement de rue.

Et puis j’en parle à tes parents, et entre ma mère qui me dit « tu devrais être flattée » et mon père : « ah bah si tu ne mettais pas de short aussi… », je ne sais plus trop où trouver ta place. Et puis moi-même, je m’aperçois qu’avant de partir en soirée je vérifie que ce n’est pas trop court, pas trop audacieux. Je me regarde dans le miroir : je veux plaire, pas exciter. Autrement dit, je suis la cause de ces approches et non pas la victime. Les filles, soyez-vous mêmes, le problème ce sont leurs propos, pas votre accoutrement. Vous n’êtes pas un appel au viol, jamais. Un short ne veut pas dire « oui », un sourire ne veut pas dire « je te sucerai bien ». Si vous êtes pour vous-mêmes décentes, ne laissez personne vous faire croire le contraire.

Mais dans toute cette tendance d’en parler, on ne parle que des femmes qui se font agresser (parce que oui, qu’elle soit verbale ou physique, ça reste une agression ! ») et non pas des hommes. Pourquoi ? Déjà, je pense qu’il y a une raison féministe, une certaine rébellion afin d’établir l’égalité des sexes. Je pense aussi que les hommes s’expriment plus facilement. Mais j’ai assisté à un harcèlement de rue vis à vis d’un homme : « je t’arracherai la queue avec mes dents » lui balançait une femme dans le RER. Troublant, n’est-ce pas ? Mais pour moi, tout aussi choquant.

J’ai aussi mon grand frère (autiste, donc il a des réactions, des spasmes qui peuvent déranger) qui il y a 8 ans s’est fait agressé par une bande de filles dans un bus (elles ont été jusqu’à lui cracher au visage: « je parie que tu sais pas embrasser fils de pute »), et qui s’est pris une gifle par un homme dans le RER en heure de pointe parce que mon frère aurait « regardé sa copine un peu trop intensément ».

QUOI ? RER aux heures de pointe et les gens ont laissé faire ? Oui. Parce que plus il y a de témoins, moins les gens réagissent, triste réalité n’est-ce pas. Et pourtant, la réaction n’a jamais affecté qui que ce soit : témoignage personnel.

Il y a un an je me rendais sur mon lieu de travail en transports. Arrivée à la gare de Versailles où je devais attendre un bus et un type m’aborde en me demandant de la monnaie. Je ne suis pas radine, mais le type sentait atrocement l’herbe et j’ai tout simplement refusé. Il est parti en me claquant « de toutes façons, t’es trop moche ». Le bus arrive, je monte dedans et le type monte à son tour et s’installe derrière moi en me disant que j’étais une sale petite blanche. Lors du trajet en bus, il m’appelle plusieurs fois et je finis par me retourner, irritée et lui dire que non je n’avais rien pour lui et que ce n’était pas en m’insultant que j’allais céder à sa demande. Là j’ai pu entendre un « vazy ferme ta gueule sale pute » magnifique de sa part. Et là, un type s’est levé dans le bus et l’a attrapé par le col en lui demandant de s’excuser.

Malheureusement, mon sauvetage n’est pas une généralité. Mon grand frère, personne n’est venu l’aider, pas même son éducateur (!!!!!!!) qui était dans le même wagon que lui. Quand je me suis fait agresser dans le métro il y a 3 ans, personne n’est venu m’aider quand j’étais lamentablement en train de me débattre. Et j’ai bien peur que ce problème ne trouve jamais de solution. Mais si vous avez à faire à une situation comme telle en tant que témoin, proposez à votre voisin de réagir avec vous, ou alors prenez la victime à parti sans vous soucier de l’agresseur (la technique du « Oh MANON -vous inventez le prénom- ça fait tellement longtemps tu vas bien ?!), comme ça vous serez une alliée de la victime et pas un opposant direct. Il y a 1000 autres techniques. Mais ne laissez pas faire cela.

Maintenant, j’ai envie de partir sur une note plus heureuse : ces phrases mignonnes qu’on nous a déjà adressées dans la rue par de parfaits inconnus. Que ce soit ce type au bar qui dit « mademoiselle, vous êtes charmante », cette femme qui vient me voir pour me dire « vous avez une classe folle », Jean Rochefort lui-même qui me dit « vous êtes adorable, ma petite ». Tous ces propos innocemment dit qui illuminent votre journée.

Et vous, avez- vous déjà vécu un harcèlement de rue ? Quelle est l’approche la plus mignonne que vous ayez déjà vécue ?

Top Body Challenge – C’est la fin !

tbcfin

Salut ! Si vous suivez un peu mon blog, vous savez qu’il y a 3 mois j’ai commencé le Top Body Challenge avec conviction, motivation, dévotion… pour changer un peu mon apparence physique et me sentir mieux dans mon corps. Un esprit saint dans un corps saint.

Maintenant, si vous savez compter et surtout si vous y avez prêter un peu attention, je devrais avoir fini le programme depuis un moment. Hors il me reste encore une semaine à faire. Explications : j’ai parfaitement tenu jusqu’à la semaine 10 incluse, malgré mon retour en France pour une semaine (faire du sport en France c’était pas de la tarte je vous assure). Mais à mon retour en Allemagne, j’ai eu tellement de choses à faire à droite à gauche que les deux dernières semaines du programme sont un peu passées à la trappe. Mais j’ai quand même réussi à faire quelques séances de temps à autres. Enfin, si on peut appeler cela des « séances ».

Je vous disais en fin de semaine 6 que je trouvais le programme devenu ennuyeux par le fait que les exercices ne se renouvelaient jamais, qu’on pouvait trouver 180 squats à une séance, et que du coup c’était redondant. Il y avait aussi un nombre trop grand de répétitions qui déjà fatiguent mais en plus au bout de 30 squats, je m’ennuie un peu et je n’attends qu’une chose, c’est de passer à l’exercice suivant. Et quand on se dit que chaque circuit est à faire 2 fois, ça ne motive pas des masses à aller au bout de la séance. Résultat : il y a de nombreuses séances pour lesquelles je n’ai fait qu’une fois chaque circuit, non pas parce que je n’avais pas envie d’être crevée à la fin, mais parce que « vazy, ça m’soule ».

Je n’ai finalement fait aucune photo des résultats, puisque je vais vous expliquer par la suite en quoi mes motivations ont changé, et du coup les résultats physiques et visibles ne m’importaient plus tellement. Donc impossible de vous dire si pour moi, le TBC a eu un impact sur mon souhaité Bikini Body ou pas, en revanche j’ai remarqué que mes abdos se dessinaient un peu, YEAH !

BILAN : Est-ce que je recommande le TBC ?
OUI,
si comme moi vous ne faisiez pas de sport du tout et que vous vouliez vous y mettre. Si vous souhaitiez un challenge et un tremplin, que vous n’avez pas peur de faire 50 fois les mêmes exercices parce que pour vous, c’est la répétitions qui transforme le corps. OUI AUSSI, si vous pratiquez un sport depuis longtemps et que vous voulez les compléter avec des exercices. ET UN DERNIER OUI, si vous en avez marre de lire 40 astuces sur internet pour vous sculpter un corps de rêve, que vous avez enchaîné les vidéos fitness mais qu’au final, vous ne saviez pas trop où donner de la tête : grâce à ce guide, vous avez un chemin tout tracé et il vous suffit de le suivre sans trop vous poser de question.

NON, si vous avez prévu de grands changements dans vos vies au cours des trois prochains mois, ou que votre train de vie actuel n’est pas stable. Il vaut mieux avoir des horaires fixes (ou s’en imposer) pour mener à bien le challenge. NON, si vous pensez uniquement aux résultats physiques. Les résultats viennent avec l’effort et la durée, vous risqueriez d’être découragées et de tout lâcher en ne voyant rien venir. NON, si vous aimez vous renouveler constamment, intégrer de nouveaux challenges assez fréquemment dans vos vies et que vous vous lassez assez vite des choses.

Est-ce que je regrette ? Si je devais le refaire ?
Non, je ne regrette absolument pas le TBC (présentement, je parle du TBC en lui-même et non pas de ma vie sportive), puisqu’il m’a vraiment aidé à apprivoiser le sport et à rentrer dans un magasin de sport sans paraître trop cruche. Mais je pense que les 6 premières semaines suffisent, et qu’ensuite j’aurais pu tenter autre chose, plutôt que de m’entêter à faire les 12 semaines pour au final en avoir ma claque.

Voilà pour ce qui était du TBC. Maintenant, qu’en est-il de ma vie de sportive amatrice ? Eh bien, je vous ai dit que j’avais commencé à courir. Et puis, c’est devenu une drogue. Si je n’allais pas courir pendant une semaine, je me sentais pas bien, mais pas seulement parce que je ne courais plus, mais parce que je ne battais pas mes objectifs. J’étais devenue un challenge à part entière et mon objectif, c’était de surpasser la Célia de la course précédente. Ainsi j’ai atteint les 12km en une heure. Sous la pluie. J’ai pris goût au fait de me dépenser, et de me dépasser. Et là, j’en viens à ce que le sport m’a apporté.
Au cours de mon article introductif, je vous disais que je me lançais dans le TBC parce que j’avais du mal avec mon corps, en particulier mes jambes, et que je voulais mettre toutes les chances de mon côté pour remédier à ce problème. Et au fil des semaines, j’ai pu me rendre compte que mon apparence n’était plus un objectif : je n’allais plus à la piscine nager deux kilomètres pour m’affiner, je n’enfilais plus mes baskets pour écouler le Kebab de la veille, je ne faisais plus le TBC pour voir mes abdos ressortir. Je le faisais parce que j’en avais envie, et que ça me libérait l’esprit (sport is a religion). Je le faisais pour le challenge, l’objectif, la performance… la première fois que j’ai atteint l’heure complète de course, je me sentais indestructible. Et ce sentiment, ça valait bien plus que « je me plais pas trop mal ».

Au niveau alimentation, j’ai commencé à sérieusement me passionner sur les apports énergétiques. HEIN ? Non je ne renie pas les Kebab, promis. Mais toutes les semaines je donne mon plasma et il y a 3 semaines un médecin m’a dit que mon apport en protéines était trop faible, voire inquiétant. Donc j’ai décidé de favoriser la protéine au gras. J’ai banni aussi le mélange viande/féculents. Et je prends encore plus de plaisir qu’avant à parler bouffe, mais parce que je mange sainement… sans essayer de convaincre qui que ce soit de faire pareil, bien entendu.

ET MAINTENANT

Maintenant, je vais finir le TBC une bonne fois pour toutes et installer une routine sportive. J’avoue avoir hésité à faire le Bikini Body Guide, mais comme mon avenir n’est pas encore bien certain, je préfère faire une routine improvisée pendant un temps, jusqu’à ce que je sois durablement installée dans une nouvelle vie (spoiler spoiler). Mais comment va se constituer cette routine ?

Tout d’abord, je continue de courir. Au moins deux fois par semaine (si plus c’est mieux, si moins c’est pas grave). Ensuite, je cale une séance de piscine par semaine aussi (une seule ? oui, mais 2km mesdames). Et enfin, du renforcement musculaire et du fitness, avec des séances que j’ai moi-même concocté durant chacune 20 minutes et ciblant à tour de rôle les abdos, les fesses et les cuisses. Mes petits bras tout maigres se portent bien comme tels ahah. Et si ça me convient, à partir d’octobre je ferai le bikini body guide. Mais comme vous pouvez voir, le sport a rejoint ma vie, je me suis réconciliée avec les paires de baskets, et je n’ai pas l’intention de laisser tomber.

 

 

Routine soin visage.

routinesoins

Je suis un mouton. Un vrai. Je pense que Rabelais a inventé l’histoire des moutons de Panurge en se disant qu’un jour, je viendrai au monde pour concrétiser son allégorie. Mais aussi, si j’arrêtais d’aller sur les blogs que j’aime bien, peut-être que je serai moins influencée. Mais peut-être moins aidée aussi.

Je m’explique. Il y a un an j’arrêtais le traitement Roacutane qui a été (et reste encore) le seul truc qui a sauvé ma peau de l’acné. D’un grain de peau pré-pubère j’étais passée en quelques mois à une peau superbe. Sauf que Roacutane ne marche pas dans 100% des cas. Et il faut croire que je fais parti de ceux qui, sur le long terme j’entends, n’ont pas eu les effets positifs du Roacutane. En effet, à partir de novembre dernier (donc quasiment 1 an après avoir commencé le traitement, comme si la boucle était bouclée), j’ai recommencé à avoir des boutons sur le visages, des irrégularités et d’autres fantaisies bien vicieuses. Et depuis le mois de novembre, ma peau ne s’est pas améliorée, pire, elle était devenue de plus en plus moche : microkystes (encore plus bâtards que les boutons, puisqu’impossible à masquer et imperçables), points noirs, pores dilatés, teint hyper terne… bref, retour à la case départ (uniquement sur le visage par contre, genre mon dos et mon décolleté sont restés tout lisses). Ne pouvant reprendre un traitement anti-acnéique maintenant (je suis en Allemagne donc pas facile pour le suivi, et surtout, j’en ai un peu ma claque de passer pour une collégienne chez le dermato alors que je vais avoir 22 ans), je me suis dit que j’allais intégrer pour la première fois de toute ma vie une routine de soins du visage. Et m’y tenir.

Et là, vous vous dîtes : c’est quoi le rapport entre son premier paragraphe et son second ? Hahaha ! Parce que les blogueuses m’ont bien aidée à me la constituer, cette routine !

routinesoin– MATIN –

Au réveil, je vais dans ma salle de bain et passe un coton imbibé de l’eau micellaire de Garnier sur l’ensemble de mon visage. Je la possède actuellement en format voyage mais compte bien la racheter en grand format, et peut-être la version pour peau mixte. Là-dessus, je mets ma crème hydratante Yves Rocher de la gamme Hydra-végétal que Marion m’avait offerte lors de notre swap. Puis j’applique mon baume à lèvres (en ce moment celui de la marque Bebe more -trouvable en Allemagne-, mais je change trop souvent). Et puis je vaque à mes occupations.

– SOIR –

C’est ici que ça se corse. Tout d’abord, je me démaquille avec de l’huile de Jojoba achetée chez Aroma zone (dont l’article de WithMascara ventait les mérite) suite aux conseils d’une amie et d’Apolline. Je me suis longtemps démaquillée à l’huile de coco, je trouve la sensation du démaquillage à l’huile plutôt agréable même si pas hyper pratique. Enfin, maintenant, je trouve ça hyper pratique puisque Rose m’a convaincue d’investir dans la Clarisonic… Pour tout vous dire, je ne sais pas si c’est hyper bénéfique pour ma peau cet engin, mais je sens que ma peau est beaucoup mieux nettoyée. Donc je me munis du gel Cleanance d’Avène (acheté au Citypharma du Four Bonaparte à Paris pour 6€ et quelques… sous les conseils d’Apolline encore une fois !) et je joue avec ma petite machine sur l’ensemble de mon visage. Puis je rince sous la douche hihi.

Peau nettoyée, il faut hydrater. Pour ça je prends la crème Nivea soft (encore une fois offerte par Marion), j’en mets une noisette sur le bout de mon doigt et j’ajoute à la crème UNE goutte d’huile essentielle d’arbre à thé de chez Aroma Zone (si je m’expose au soleil le lendemain, je n’en mets pas, cela va de soi). J’applique sur mon visage et j’applique ensuite un petit peu d’huile de jojoba sur tout mon visage pour éviter les excès de sébum. Puis une petite touche de baume à lèvres et je vais me coucher.

– Résultats ? –

Pour être honnête, pour le moment je n’en vois pas vraiment. Ma peau est peut-être un peu plus lisse mais rien de flagrant. Mais cela ne fait que 3 semaine que j’ai cette routine, donc peut-être qu’avec un peu plus de temps ma peau finira par s’améliorer. Lors d’un prochain passage à Paris j’achèterai sans doute de l’huile de Nigelle, plus coriace contre les boutons que l’huile de jojoba qui elle sert à réguler le sébum. Quoiqu’il en soit, je reprendrai à partir de septembre 2016 (je vous expliquerai pourquoi pas 2015 dans un futur proche) le traitement roacutane, si mon acné persiste bien sûr.

Et vous, quelle est votre routine ? Vous convient-elle ?

« Vazy, tu d’viens quoi ? » + 10 choses qui me rendent dingue !

blogSalut salut ! Je vais arrêter de m’excuser pour mes absences, je pense que vous avez compris que ce n’était plus mon délire d’être régulière ici haha ! Donc concrètement, qu’ai-je fait pendant 3 semaines ? Je suis rentrée en France, et tous les jours j’étais à droite à gauche voir mes amis pas vus depuis avril (voire plus longtemps pour certains !) donc pas forcément la tête à bloguer. Puis je suis rentrée en Allemagne il y a 10 jours et une amie était dans mes bagages, nous sommes allées à Berlin ensemble, et du coup encore une fois, le blog est passé à la trappe.

J’ai quand même des idées d’articles ! Héééé oui, je sais, je n’ai rien posté suite à la semaine 9 du Top Body Challenge mais il n’y avait pas grand chose à raconter. J’ai cependant pris du retard dans le programme donc je le finirai à la fin de la semaine prochaine au lieu de celle-ci comme prévu initialement, mais je vous ferai un gros bilan bien complet à la suite de mes 12/13 semaines de sport. Ensuite, j’ai changé de routine visage (si tant est que j’en ai eu une un jour…) totalement influencée par les blogueuses que je lis, donc vous aurez un article là-dessus aussi. Et d’autres petites idées qui me passeront par la tête.

Surtout que mon mois d’août va être fort ennuyeux : je dois rédiger un mémoire, donc je vais passer ma vie à la bibliothèque universitaire. L’avantage c’est que la BU ne m’empêchera pas d’écrire des articles… même si c’est pas pour ça que je dois y aller, je vous l’accorde.

Sinon, nouveautés dans ma vie : j’ai coupé mes cheveux ! eux qui cachaient presque ma poitrine (méga sexy) sont désormais au niveau de mes clavicules. Trop de joie en moi. Et sinon je me suis fait un compte Facebook !!!!!! 1200 ans après tout le monde mais j’aime ce qui est vintage.

Allez, on revient aux bases de l’article. J’ai été taguée par Rose pour vous faire part des 10 trucs qui m’horripilent plus que tout au monde. C’est parti.

1. Quand je paie 90€/mois ma carte Navigo mais que je me prends 50€ d’amende la seule et unique fois que j’ai eu la flemme de payer un ticket de métro à 1,80€. – Bon j’avoue que c’était pas honnête, mais quand je pense à tous ceux qui ne paye jamais rien et pour qui j’ai payé cette fichue amende, oui, j’ai le seum.

2. Quand je rentre dans un Primark, dans un H&M, un Zara ou un Mango en période de soldes et que tout est en bordel, qu’il y a trop d’articles et trop de monde. – J’ai fait un malaise chez Primark à Berlin la fois dernière, je pense que ça m’a traumatisée. J’avais d’ailleurs fait un article sur ma phobie du shopping l’année dernière.

3. Quand je mange plus que la personne en face de moi à table. – J’ai tout simplement l’impression de passer pour un glouton insatiable (=j’ai placé ce mot dans un article, retenez bien).

4. Quand on me demande combien j’ai dépensé en vernis Chanel, ou piiiiiiire, qu’on me dit que j’aurais pu m’offrir 5 Maybelline à la place. – Vous ne pouvez pas tester, les petits cartons noirs sur mon étagère c’est juste ma fierté. Et puis je fais ce que je veux de mes sous, vu que c’est moi qui les gagne.

5. Quand on me dit que les cafés Nespresso sont tous les mêmes. – Je vais te foutre un Kazaar alors que tu voulais un Volluto tu vas rien comprendre à ta vie mon coco.

6. Quand les allemands comprennent que je suis française et me forcent à chanter Lady Marmelade. – Non, tu ne coucheras pas avec moi, ce soir. Ni demain. Ni un autre soir d’ailleurs. Et cet énervement est aussi valable pour tout ce qui est de mon accent, de mon niveau d’allemand et tout ce qui touche à mes efforts pour progresser dans cette langue étrangère.

7. Quand dans ma voiture, rien ne me plaît à la radio. – Même si ce que j’aime parfois c’est franchement honteux.

8. Quand je parle à quelqu’un qui a du vernis mal mis. – je fais une fixation là-dessus et la personne pourrait me sortir une multitude de choses intéressantes elle perdrait totalement en crédibilité… à cause d’un vernis écaillé.

9. Quand dans les gens ne s’écartent pas sur mon passage quand je marche. – Je mesure 1m83 fais pas genre que tu ne m’as pas vue. Move bitch, get out my way.

10. Quand les gens n’écoutent ou ne retiennent pas ce que je leur dis.  – si moi je fais l’effort, eux aussi peuvent le faire, non ? A moins que ce soit mon vernis toujours trop bien mis qui me décrédibilise…

ET VOUS, Y A QUOI QUI VOUS REND FURAX ?

 

La cuisine étudiante – Les cookies « healthy »

cookies healthyBonjour à tous! J’avais lancé il y a quelques mois (bon en début d’année… oui en 2014…) une idée de série de recettes faciles à faire et goûtues. Avec la vague « Healthy », j’ai découvert qu’on pouvait remplacer des ingrédients basiques d’un gâteau avec d’autres plus ou moins loufoques, et je me suis dis que moi aussi, j’allais tenter de faire des cookies avec un ingrédient improbable, plus pour le challenge et « voir ce que ça donnerait si… » que pour faire du healthy en somme. J’ai donc décidé de remplacer le beurre… par de la compote de pomme.

IMG_5449

INGRÉDIENTS (pour une vingtaine de petits cookies)

x 300 grammes de farine (je la prends complète personnellement, question de goût)
x 2 œufs entiers
x 150g de compote de pommes sans sucres ajoutées (petite recette ici)
x Deux tablettes (2x 100gr) de chocolat au lait et aux noisettes

Tout d’abord, je préchauffe le four à 200°. Dans un saladier, je mélange la farine, les oeufs et la compote de pomme (pour les personnes qui n’ont pas de balance, la quantité de compote de pomme équivaut à +/-  cuillers à soupe). Sur une planche, je « découpe » le chocolat en petits morceaux (pour les flemmards, il est possible d’acheter des pépites + des noisettes, mais c’est plus cher que les tablettes toutes prêtes), et j’incorpore le chocolat au mélange. Avec deux cuillers, je forme des petits pâtés sur une grille et j’enfourne une petite vingtaine de minutes à 180°. Et puis je déguste.

Attention tout de même, le lendemain, les cookies n’étaient plus aussi moelleux (du coup presque trop bourratifs), donc il faut les manger dans les heures qui suivent la cuisson (et ça fait une bonne raison de passer pour un morfale).

Si vous n’aimez pas les noisettes, vous pouvez remplacer le chocolat aux noisettes par du chocolat noir, des amandes effilées, des smarties, du chocolat blanc… si moi j’ai inventé cette recette et suis allée au feeling pour la réaliser, vous pouvez aussi faire de-même pour ce qui est des innovations !

IMG_5452B.o.n.a.p.p.é.t.i.t

Un coup de neuf !

logo

Bonsoir, bonjour. Un petit article pour vous expliquer le changement de nom et d’url désormais effectif sur mon blog. Tout d’abord, je ne renie pas « ruedesgrandsespoirs », et je ne cherche pas via ce nouveau nom à donner un nouveau tournant à mon blog. Le contenu n’a d’ailleurs (quasiment) pas changé et les intentions que je veux transmettre à travers mon blog sont les mêmes.

Pourquoi changer ? Parce que le nom « ruedesgrandsespoirs » ne me parlait plus (même si j’aime toujours ces irlandais de Kodaline), et depuis quelques mois -même si je suis moins active, je pense à mon blog !- je voulais apporter au nom de mon blog une touche plus personnelle. En plus, il était trop long, et pas assez « percutant » (à peine tu dis « tu as vu le nouvel article de « ruedes… » que déjà ton interlocuteur en a assez), et je voulais vraiment quelque chose de bref, de court et d’efficace, même si j’aime bizarrement les longs URL.

Du coup, dans ma tête, il y a eu un long acheminement pour déboucher sur le nom actuel. Tout d’abord, j’ai établi ce qui me plaisait le plus au monde, ce qui m’inspirait et aussi… ce à quoi j’aspirais. Et ayant pas mal la bougeotte, j’ai pensé aux voyages, et donner le nom d’une ville ou d’un pays me plaisait. J’ai eu l’idée de glisser « Paris », puis je me suis rappelée (heureusement !) que je n’y vivais plus, et quand je me suis demandé si j’avais réellement l’intention d’y vivre un jour, je me suis dit que… non. Et puis s’est posé l’idée de l’Allemagne, mais je considère vraiment ma vie actuelle là-bas comme une parenthèse et non comme un mode de vie ou un idéal. Et puis… la Russie. Si vous me connaissez depuis longtemps, vous savez que mon rêve de voyage (tellement fort que je n’ose pas le réaliser) c’est de partir en Russie, visiter Moscou, Saint-Pétersbourg, prendre le Transsibérien, boire des chocolats chauds, porter une chapka… C’est non seulement une destination qui me fait envie, mais en plus, qui m’inspire.

Et puis, j’ai ressorti le rouge à lèvres « Russian Red » de MAC. Parce qu’il ne faut pas oublier, mon blog, il a très longtemps parlé de façon quasi-exclusive de beauté, et même si ce sujet me parle toujours autant à moi, je ne vois plus comment l’aborder sur mon blog. Et l’idée d’appeler mon blog Russian Red est née, mais évidemment, vu la popularité de ce rouge à lèvres, ce nom était déjà pris. Il a donc fallu trouvé autre chose, mais le « Russian » je le voulais absolument.

Russian Shades (mais trop 50 shades of Grey), Russian Rain (ça faisait un peu dépressif), Russian Empress (marrant mais suffisant)… bien des noms m’ont traversé l’esprit. Et puis le mot « jardin », parce que c’est joli un Jardin, ça propose diverses choses et on aime s’y promener. L’évidence est là. Une influence russe (et un peu make up), un nom plus court, un peu de poésie, le nom « Russian Garden » est né. 

Au niveau de l’URL, vous ne me trouverez plus si vous tapez ruedesgrandsespoirs.wordpress.com dans votre barre de recherche. Donc retenez bien que le nouvel URL est : https://russiangarden.wordpress.com . Pour ce qui est de l’adresse de contact, je laisse l’actuelle (ruedesgrandsespoirs@gmail.com) et je changerai d’ici quelques temps. Et la chaîne Youtube changera aussi de nom, par la même occasion.

Voilà, désolée pour ce changement un peu radical, mais j’en avais envie. N’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous pensez du nom, et je vous dis à très très vite, promis.

Top Body Challenge – après 6 semaines

après6semaines

Bonjour bonjour ! Comme prévu (ou pas, je ne sais plus si je vous avais parlé d’une fréquence d’articles ou pas…), je vous poste un petit article pour vous faire part de mes impressions sur le programme Top Body Challenge de Sonia Tlev, ainsi que de mes évolutions.

Tout d’abord, j’ai fini la semaine 6, j’ai donc atteint la moitié du parcours, et je n’ai pas du tout vu le temps passer. Pour celles qui ne connaissent pas la construction du programme, les semaines 4 et 6 sont identiques, tout comme les semaines 3 et 5, donc je n’ai fait que « tourner en rond » au niveau des exercices ces trois dernières semaines. Je rejoins d’ailleurs beaucoup de témoignages (on dirait que je parle d’un truc hyper officiel voire tragique, alors que non, c’est juste une affaire de sueurs et de courbatures) : le programme est hyper répétitif, les exercices ne sont pas assez variés et finalement, je ressens déjà une certaines lassitude au bout de 6 semaines en tant que « topbodychallengeuse » (entre guillemets, je n’aime pas cette expression).

Mais alors, si je m’ennuie en faisant ce programme, pourquoi je le continue ? Déjà, parce que je trouve qu’il est quand même assez complet. On travaille bien toutes les parties du corps et il permet une activité physique régulière (oui oui, comme dans les pubs ahah). Ensuite, je me suis lancée dans le running et je trouve que le TBC complète assez bien le fait de courir.

D’ailleurs, dans ma wishlist, je vous disais que je voulais des Adidas pour courir, mais arrivée dans le magasin de sport, le vendeur m’a dit que les Adidas n’apportaient pas assez de soutien (j’ai des pieds incurvés, donc il faut AUSSI un soutien interne) et résultat je me suis retrouvée avec une paire de Asics hyper moche flashy.

baskets

Au niveau du running, j’essaie de le faire tous les deux jours et je donne ce que je peux à chaque fois. Le problème, c’est qu’au bout de 10 minutes de course, je m’ennuie (oui, je me lasse très vite des choses…). J’ai donc posté une annonce sur le site de ma FAC pour me trouver des partenaires de courses, et j’ai eu pas mal de réponses, mais je n’ai encore couru avec aucun d’entre eux parce qu’ils ne courent pas aux mêmes horaires que moi (j’aime mieux courir le matin, eux le soir…).

Donc on peut dire que je me suis lancée dans une routine sportive : j’alterne course, TBC et piscine (je suis passée d’1km à 2km de brasse et dos crawlé, wouhouhou). Qui l’eut cru ?

Et puis, ma plus grande source d’inspiration et de motivation a été un réseau social… sur lequel je suis devenue hyper active. Il s’agit de Pump Up (mon pseudo : @amadeincelia). PumpUp, c’est un peu comme un instagram pour sportifs : vous y postez des photos de vous en sueurs, de vous en train de manger so healthy, de vous fiers et glorieux après 20 minutes de cardio. Mais pas que. Sur Pump up, vous pouvez trouver des exercices sportifs, vous pouvez montrer votre évolution et indiquer vos activités sportives (amadeincelia went running !). Mais ce que je trouve le plus incroyable, c’est l’activité et le soutien qu’on peut y trouver : on s’y fait très vite un petit cercles de potos pumpup avec qui on peut échanger. Personnellement j’essaie de commenter chaque photo de mon fil d’actualité, pour encourager. Et de voir ceux qui débutent se renseigner auprès de toi pour la suite, de voir ceux qui sont passés par tes doutes et qui ont quand même continué, ça motive à bloc.

Maintenant, les résultats. Je vous avais dit en semaine 3 que je ferais des photos, et bien oups, je ne les ai pas faites : je ne ressens pas assez de résultats physique pour faire une photo. Et puis, je rentre en France dans deux semaines (OUH YEAH !) et j’ai envie de voir les réactions de ma famille. Je pense que ça vaut toutes les photos avant/après du monde.

Niveau poids, j’ai repris tout ce que j’avais perdu + un demi kilo supplémentaire… on me dit dans l’oreillette que c’est du muscle mais je n’en crois pas un mot, puisque niveau centimètre je n’ai ni pris ni perdu. Par contre, j’ai des abdos qui pointent fièrement le bout de leur nez, et je me sens plus raffermie de partout. Là où je note une nette différence, c’est au niveau des exercices en eux-mêmes : j’ai refait une série de la première semaine et il m’a fallu moitié moins de temps que la première fois. Je commence à pouvoir faire des pompes et j’arrive beaucoup mieux à faire des sit up ou autres, même si ce n’est pas toujours de la tarte.

Voilà, je pense avoir tout résumer… du moins je l’espère ! Bisou de moi à vous et à très vite.